Accueil Le Musée Infos pratiques Cluses O'Clock Actus Liens Contact
PédagogieVisites à thème

Le musée

Panorama

Le musée se découvre à travers 2 thèmes :
> La mesure du temps et la recherche de la précision à travers l'histoire
> Des techniques horlogères artisanales à la mécatronique : l'histoire de la vallée de l'Arve de l720 à nos jours

La mesure du temps et la recherche de la précision à travers l'histoire

De l'astronomie à l'horlogerie

La collection du musée comporte différents instruments scientifiques non mécaniques qui ont pu servir à mesurer le temps comme les anneaux solaires, les cadrans solaires, un nocturlabe, un réveil bougie, une horloge à huile...
Vous pourrez découvrir l'histoire de la montre au fil du temps depuis les premières montres apparues vers 1500, « montrées » suspendues au cou à celles que nos grands-pères portaient dans leur gousset ainsi qu'une horloge de table vers 1680, une horloge de clocher, des cartels...

Un musée didactique : comprendre le fonctionnement d'une montre

La montre allie l'utilité à la beauté. L'esthétisme de ce vrai « bijou » dissimule en son coeur un mécanisme exceptionnel.
De prime abord, cette notion de « technicité » rime avec « complexité » mais le musée a la particularité de vous faire découvrir le principe de l'horlogerie par une collection de mécanismes agrandis et en mouvement. Ces modèles de démonstrations, exécutés vers 1880 par les élèves de l'Ecole d'Horlogerie de Cluses, vous feront apprécier le fonctionnement de la montre. Vous plongerez au coeur de son mouvement, comprendrez le fameux « tic-tac » de son échappement et percerez les mystères des complications horlogères.
Pour compléter cette collection didactique, sont exposés des montres squelettes, des planches de pièces détachées à taille réelle et agrandie, tout l'outillage nécessaire à l'horloger, des livres de cours de l'Ecole, des planches de dessins techniques etc.

Une belle collection d'échappements reconnue comme la plus importante au monde

L'échappement est le système qui régule l'écoulement du rouage et permet aux aiguilles d'avancer pas à pas. La précision de la montre provient essentiellement de son échappement. Aux siècles passés, la réalisation de ce dernier était une des principales préoccupations des maîtres horlogers en quête de la précision absolue. L'échappement est l'élément qui a subi l'évolution la plus complexe.
Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, la montre, très imprécise, était surtout considérée comme un signe extérieur de richesse qu'il fallait régulièrement remettre à l'heure à l'aide des cadrans solaires ou des horloges publiques. Grâce aux recherches incessantes et passionnantes des horlogers, la montre devient enfin un instrument de grande précision et s'impose comme un objet primordial dans l'organisation de la journée.
Sur les centaines d'échappements inventés, le musée possède 32 modèles agrandis et en mouvement réalisés à l'Ecole d'Horlogerie de Cluses vers 1880.

Des techniques horlogères artisanales à la mécatronique :
l'histoire de la vallée de l'Arve de l720 à nos jours

1720 : Naissance de l'horlogerie dans la vallée de l'Arve

Au début du XVIIIe siècle, Claude-Joseph Ballaloud, issu d'une famille d'horlogers de Saint-Sigismond, village sur les hauts de Cluses, va perfectionner son art à Nuremberg. A son retour en 1720, il transmet son savoir-faire aux paysans et les forme à la fabrication de petites pièces d'horlogerie qui seront revendues aux fabriques de Genève. Cette activité leur procure un revenu d'appoint qui complète leur travail agricole.
Transmis de génération en génération, ce nouveau métier s'étend à la Vallée de l'Arve.

1848 : Création de l'Ecole d'Horlogerie et son rôle

Sous l'impulsion de Firmin GUY, Syndic de la ville, est fondée l'Ecole Royale d'Horlogerie de Cluses, par décret royal du 31 mars 1848 signé par Charles-Albert de Piémont-Sardaigne. La qualité de l'enseignement prodigué aux élèves procure à l'Ecole une notoriété internationale.
Devenue impériale, elle sera la pépinière d'excellents horlogers et plus tard, de remarquables décolleteurs.

1870-1914 : des prémices du décolletage à son avènement au XXe siècle

Les progrès techniques et l'apparition de nouveaux secteurs industriels obligent les ateliers locaux à adapter leurs compétences. D'artisans horlogers, les « façonniers » passent à l'automatisation des productions et s'orientent vers différents marchés : armement, automobile, cycle, électricité, téléphonie etc.
Les techniques du décolletage sont nées et ne cesseront d'évoluer jusqu'à nos jours avec l'avènement de la mécatronique.

Du décolletage à la mécatronique

Les « bonnes décolleteuses à cames » connaîtront leurs heures de gloire de 1925 à 1970 environ. Aujourd'hui, bien que le parc se réduise, leurs inégalables performances en terme de productivité en font encore des machines d'actualité.
Après une brève apparitio, dans les années 1965 de machines électromécaniques, hybrides entre systèmes mécaniques et électroniques, c'est dans les années 1975 que l'on verra naître les premières machines dites à commande numérique. Cette technologie par programmation, issue des progrès des motorisations, de l'électronique et de l'informatique ne cessera d'évoluer. Finis les cames, les leviers, et les bruyants engrenages : ces machines souples, précises, silencieuses et tellement agréables à utiliser vont littéralement révolutionner la profession et faire évoluer sa physionomie et son état d'esprit.
Le décolletage traditionnel va alors se tourner vers des activités aux exigences de plus en plus sévères, satisfaisant avec succès une demande de composants de haute technologie.

Dans la salle de décolletage, les outils non mécaniques comme les premiers tours automatiques sont exposés et un atelier des années 30 reconstitué fonctionnera grâce aux renvois de poulies par l'intermédiaire de multiples courroies. Vous serez surpris par les produits ''haute technologie'' réalisés actuellement dans la Vallée de l'Arve en Haute-Savoie et exposés par des entreprises de renommée internationale.
Jusqu'ici berceau de l'Horlogerie, Cluses est aujourd'hui le pôle mondial du décolletage qui occupe plus de 15000 spécialistes.

Réalisation : Service Communication de la ville de Cluses - 2013 - Crédits photos : ville de Cluses - Cluses Images Numériques
Reseau Empreintes